Au terme de deux semaines de négociations difficiles, la conférence organisée à Madrid a échoué à trouver un accord sur les règles des marchés carbone internationaux, dernier volet du manuel d’utilisation de l’Accord de Paris de 2015.

Après une année marquée par des catastrophes climatiques tout azimut, les appels vibrants de millions de jeunes descendus dans la rue derrière la jeune Suédoise Greta Thunberg, et des rapports scientifiques toujours plus glaçants, les quelque 200 signataires de l’Accord de Paris étaient sous une pression sans précédent pour cette COP25. Mais au terme de cette conférence qui a débordé de plus de 40 heures son programme initial, tout le monde n’a pas vu dans les textes adoptés dimanche le reflet de cette demande d’actions radicales et immédiates.

Texte tortueux et médiocre

Le texte final appelle effectivement à des “actions urgentes” pour réduire l’écart entre les engagements et les objectifs de l’accord de Paris de limiter le réchauffement à +2°C, voire +1,5°C. Mais le langage est “tortueux” et le résultat “médiocre”, a estimé Catherine Abreu, du Climate Action Network. “Les principaux acteurs dont on espérait des avancées n’ont pas répondu aux attentes”, a déclaré Laurence Tubiana, architecte de l’Accord de Paris, notant toutefois que l’alliance des Etats insulaires, européens, africains et latino-américains, avait permis d'”arracher le moins mauvais résultat possible, contre la volonté des grands pollueurs.”

De son côté,  Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, dénonce un échec. “Je suis déçu du résultat de la COP25 (…) La communauté internationale a perdu une occasion importante de faire preuve d’une ambition plus grande en matière d’atténuation (réduction des émissions de gaz à effet de serre), d’adaptation et de financement de la crise climatique“, a-t-il insisté. “Nous ne devons pas abandonner, et je n’abandonnerai pas

Etats-Unis, Inde, Chine…

Sans surprise, quasiment aucun des grands pays émetteurs n’a fait d’annonce significative pour réhausser ses ambitions, ni donné de signe clair d’une telle intention pour 2020. Evidemment pas les Etats-Unis qui quitteront l’accord de Paris en novembre prochain, mais pas non plus la Chine ou l’Inde. Ces deux grandes économies insistent, avant d’évoquer leurs propres engagements révisés, sur la responsabilité des pays développés de faire plus et de respecter leur promesse d’aides financières aux pays en développement. Également dans le collimateur des défenseurs de l’environnement, l’Arabie Saoudite, ainsi que le Brésil et l’Australie tous deux accusés de vouloir introduire des dispositions décriées dans les règles sur les marchés carbone, dont l’adoption a été à nouveau reportée.

Ciceron Budinda

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *